Peut-être que certains ont déjà lu que je proposais des exercices de Brain Gym avant mes séances photos lorsque cela me semble nécessaire, ou peut-être que vous avez déjà pratiqué le Brain Gym en séance photo avec moi.

Aujourd’hui je vous en dis plus sur cette discipline et ses résultats. Le Brain Gym est une branche de l’éducation kinesthésique qui a été conçu par Paul DENNISON dans les années 1980.  L’objectif était d’aider les enfants puis les adultes, à accéder plus facilement à toutes leurs capacités d’apprentissages. Il s’agit d’un ensemble de 26 mouvements inspirés de diverses disciplines et étudiés qui permettent de reconnecter le corps et l’esprit et ainsi entamer un processus de déblocage des ressources.

Peut-être que certains ont déjà lu que je proposais des exercices de Brain Gym avant mes séances photos lorsque cela me semble nécessaire, ou peut-être que vous avez déjà pratiqué le Brain Gym en séance photo avec moi.

Aujourd’hui je vous en dis plus sur cette discipline et ses résultats. Le Brain Gym est une branche de l’éducation kinesthésique qui a été conçu par Paul DENNISON dans les années 1980.  L’objectif était d’aider les enfants puis les adultes, à accéder plus facilement à toutes leurs capacités d’apprentissages. Il s’agit d’un ensemble de 26 mouvements inspirés de diverses disciplines et étudiés qui permettent de reconnecter le corps et l’esprit et ainsi entamer un processus de déblocage des ressources.

Les mouvements proposés en Brain Gym sont si simples que les résultats qui en découlent son vraiment surprenant.  Ils sont parfois visibles immédiatement ou se constatent sur le long terme.

Le Brain Gym ne crée rien, il débloque l’accès à des ressources que nous avons déjà en nous, de ce fait ses résultats, lorsque nous ne sommes pas suffisamment attentifs, peuvent être difficile à attribuer à sa pratique, et pourtant ils sont bien là.

J’aimerai vous faire part de ma propre expérience. Lors de ma formation en Brain Gym 1 & 2 avec Ingrid Redon, un de mes objectifs pour nos entrainements aux séances de Brain Gym étaient « Je gère ma colère avec sérénité ». Pour moi cet objectif était très clair ! J’étais dans une période où je n’avais plus du tout de patience avec mon fils. Je venais d’accoucher de ma seconde et le besoin d’affirmation de mon premier, bien que tout à fait normal, était trop pour moi. J’avais vraiment besoin de trouver les ressources en moi pour gérer ma colère afin de retrouver la sérénité chez moi.

Une semaine plus tard, sans même m’en rendre compte, l’ambiance s’était vraiment apaisée à la maison. Mais surtout, un évènement m’a réellement marquée.

Nous étions en pleine période d’élections présidentielles. Comme j’ai trouvé ces élections dures et particulièrement violente ! Sur les réseaux sociaux c’était un déferlement de haine, chacun insultait l’autre pour ces choix politiques. Dans chaque parti, ceux qui n’avaient pas voté comme eux étaient des imbéciles pour ne pas être vulgaire. Les insultes les uns envers les autres n’en finissaientt plus de tomber. Je me sentais, pour mes propres choix, insultée personnellement. Sur mon mur, les actualités d’amis, insultait clairement mes choix . J’ai été très touchée par cette situation et très très en colère. J’ai commencé à écrire à une amie dont je connaissais les choix politiques qui étaient également les miens, et je lui ai parlé de ma colère. Du pourquoi, du comment. Un premier texto. Puis le second, très rapidement, au fur et à mesure, que je déversais ma colère par texto, il se passait quelque chose en moi que je ne comprenais pas. Plus j’étais en colère, plus j’éprouvais de l’empathie et de la compassion pour ces mêmes personnes qui avaient, par leurs mots, provoqué ma colère. Ce jour-là, je voulais être en colère, je voulais accuser ces gens qui me blessaient, mais je n’y arrivais plus. Je ne pouvais, malgré moi, qu’être dans la compassion. Ma colère s’est estompée aussi vite qu’elle est arrivée pour laisser place à un état de sérénité quasi absolue. Je dis « quasi » car en réalité si la colère s’est estompée elle à laissé place à un sentiment de peur intense. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. J’avais perdu le contrôle de moi-même, et j’avais malgré ma colère, la blessure causée par leur mot, simplement envie de les comprendre. J’ai eu très peur car cela ne me ressemblait pas. Je suis empathique oui, mais pas dans les moments de colère comme celui-ci. Ça ne m’était jamais arrivé. Et c’était à la fois magique et effrayant. J’ai eu l’impression d’avoir passé une étape de ma vie que je n’étais pas prête à passer. C’était incroyable. Puis j’ai fait le lien avec cette séance de Brain Gym. Elle n’avait pas agi uniquement sur la colère provoquée par mon manque de patience avec mon fils, mais sur la colère en général. Et là en était la preuve la plus flagrante.

 C’est parce que je crois réellement au Brain Gym qu’il est possible que je vous en propose lors de nos séances photos et que je vais continuer à me former dans cette branche.

© Crédits photos Emilie Figuier Photographie - Tous droits réservés. 

Share This

Share this post with your friends!